erreurs courantes français
Crédit photo : Pixabay
in , ,

LOVELOVE

10 erreurs courantes en français (et que vous ne ferez plus après avoir lu cet article)

Chez Autour de Genève, nous aimons la langue de Molière. Y compris lorsqu’elle donne lieu à de charmantes adaptations locales, comme cela est le cas avec le français de Suisse. Pour l’heure, voici 10 erreurs courantes en français, parmi des centaines de fautes possibles, et quelques astuces mnémotechniques pour ne plus jamais les faire. C’est parti.

Erreur courante en français #1 : employer « second » à la place de « deuxième » et vice versa.

Imaginons une course hippique. Dix chevaux prennent le départ. Le vôtre termine deuxième. Parce qu’il y a un troisième, un quatrième, etc. Jusqu’à la dixième place.

Imaginons à présent une course de dragsters. Deux concurrents s’affrontent pour la victoire. Il y aura forcément un premier et… un second. Parce que la série s’arrête là.

Simple, non ?

Erreur courante en français #2 : alternative

« Une autre alternative économique se pose, blablablabla ». C’est faux. Parce qu’une alternative est une situation n’offrant que deux possibilités. Il faudrait donc écrire :

Le président est confronté à une alternative simple : blablabla

Ou :

Une nouvelle possibilité se dessine.

Erreur courante en français #3 : voire même

 « Voire » est un adverbe signifiant « et même ». Vous voyez le problème ? « Voire même » revient à écrire « et même même ». Contentez-vous d’employer « voire » en solo, il fait très bien son boulot.

Erreur courante en français #4 : pallier à

Perdu. Pallier est un verbe transitif signifiant quelque chose comme « résoudre d’une manière provisoire ». On le confond souvent avec le verbe « remédier à » dont le sens est très proche. Différence notable, « pallier » se dispense systématiquement de la préposition « à ». On écrit donc : pallier un problème.

Erreur courante en français #5 : je m’excuse de vous demander pardon

 Désolé. Vous ne pouvez définitivement pas vous excuser vous-même. C’est impoli et prétentieux. Il y d’autres façons de faire amende honorable. Jugez par vous-même :

  • Je vous prie de bien vouloir m’excuser.
  • Veuillez me pardonner.
  • Pardonnez mon/ma…

Et ainsi de suite tant que vous soumettez vos plus plates excuses à la personne offensée.

Erreur courante en français #6 : vous n’êtes pas sans ignorer

Adepte de la triple négation ? Clarifions ce boxon linguistique.

Vous n’êtes pas sans ignorer = vous ne savez pas.

La formulation exacte : vous n’êtes pas sans savoir. Là, ça colle parfaitement à votre pensée.

Erreur courante en français #7 : Daniel fait parti d’une secte

 Si on considère la secte comme un ensemble, Daniel est une partie de cet ensemble. Il faut donc écrire : Daniel fait partie d’une secte.

Erreur courante en français #8 : c’est un beau cinquantenaire

 Cinquantenaire fait référence au cinquantième anniversaire d’un événement. La phrase « le 6 juin 1994, nous avons fêté le cinquantenaire du débarquement en Normandie » est juste.

Si vous désignez une personne, dites simplement : « C’est un beau quinquagénaire ». Ça marche aussi avec « quadragénaire » qu’il soit beau ou moche d’ailleurs.

Erreur courante en français #9 : le dos me gratte

Non.

Le dos vous démange et vous ressentez une irrésistible envie de vous gratter.

Erreur courante en français #10 : le directeur commercial fixe des objectifs inatteignables

 Que dit l’Académie française à ce propos ?

« L’adjectif inatteignable n’est pas incorrect, mais il n’est pas de très bonne langue. Il s’agit d’une création de Stendhal qui, mêlant français et anglais, écrit dans son Journal, le 18 mars 1813 : « The great places inatteignables for me ». Quand bien même cet adjectif aurait pour lui la caution d’écrivains aussi illustres que Gide ou Aragon, on essaiera de l’éviter, et ce, d’autant plus que certains, comme Proust, écrivent inatteingible (Correspondance) ou inattingibles lointains (La Recherche). On écartera donc toutes ces formes auxquelles on préfèrera l’adjectif inaccessible ou la locution adjectivale hors d’atteinte. »

Il s’agit donc d’un emploi fautif auquel on peut remédier ainsi :

« Le directeur commercial fixe des objectifs inaccessibles / impossibles à atteindre ».

Et tout le monde est content. Sauf les commerciaux qui n’auront pas leurs primes.

Et vous, quelles fautes de français vous hérissent le poil ?

Ça vous a plu ? Dites-le !

5 points
Positif Négatif

Article présenté par

La curiosité n'est pas un vilain défaut.

effet Veblen

L’effet Veblen, ou comment gagner plus en travaillant sur les prix

plats les plus dangereux du monde

Top 10 des plats les plus dangereux du monde