© Pixabay
in , , ,

LOVELOVE MDRMDR OMGOMG

10 spécialités locales simples et légères

(on plaisante, ça va être du lourd)

Question gastronomie, la région est une terre d’abondance (un p’tit jeu de mots facile ne fait jamais de mal). Oubliez la fondue, la raclette, le chocolat ou encore la célèbre tartiflette. Jetez plutôt un œil à ces spécialités locales qui feraient saliver plus d’un touriste affamé s’ils prenaient le temps de les découvrir.

Après vos agapes, faites un quizz pour bien digérer.

#1 Et si vous commenciez la journée avec un bon Birchermüsli ?

Voilà une recette simple, saine et bon marché mise au point par le docteur Bircher il y a plus d’un siècle. Signifiant littéralement « petite purée », la recette originale est un mélange de flocons d’avoine, d’eau, de jus de citron, de lait concentré sucré, de pommes râpées et de noisettes ou d’amandes râpées.

#2 Midi ! Le tourisme, ça creuse. Que diriez-vous de savourer de délicieux diots aux crozets ?

Le diot est une saucisse savoyarde qui, déposée sur un lit de sarments de vigne, cuit à la vapeur de vin blanc pendant 1h30 environ. Quant aux crozets, ce sont de petits carrés de pâtes alimentaires fabriqués à partir de farine de sarrasin ou de farine de blé dur. Et si vous avez encore une petite faim après ça, laissez-vous tenter par une bugne, un beignet originaire du duché de Savoie. Un petit café et vous voilà parti pour une visite de la Cathédrale Saint-Pierre de Genève : à vous les 157 marches, très raides, menant au sommet de la tour nord ! Si, si, vous avez englouti assez d’énergie pour tenter ce chemin de croix (encore un jeu de mots glissé comme ça, l’air de rien).

#3 Il est seize heures, ça vous dit une part de Saint-Genix avec un café ?

Le Saint-Genix est une brioche de Savoie garnie de pralines rouges. Et des pralines, les pâtissiers en mettent partout dans le Saint-Genix : dedans, dessus, avec des cristaux de sucre... Partout, on vous dit.

#4 Dernier repas de la journée, trois possibilités : vaudois, genevois ou savoyard.

Côté France, optez pour le farçon, un plat sucré-salé datant du Moyen Âge. Bien qu’il existe de nombreuses variantes, une recette couramment admise propose de mélanger des fruits secs dans une base salée, à base de pommes de terre, des tranches de lard tapissant un moule spécial. En guise de dessert, goûtez une rioute, un biscuit en forme d’anneau, très sec et dur (c’est un euphémisme), aromatisé à l’anis.

Si vous traînez à Genève, commandez un gratin de cardons servi avec une sauce béchamel. Le cardon est un légume épineux pouvant atteindre deux mètres de haut, de la même famille que l’artichaut. Une tarte aux pruneaux complétera vos agapes.

Dans le canton de Vaud, vous ne pouvez manquer le papet vaudois sous aucun prétexte. On mélange poireaux et pommes de terre (on vous a dit que la pomme de terre occupe une place de choix dans la gastronomie régionale ?) jusqu’à obtention d’une papette (une bouillie épaisse) accompagnant à merveille la saucisse aux choux ou le saucisson vaudois coupé en tranches.

Et comme il n’y a pas que la nourriture solide dans la vie, dans un prochain article, nous étudierons les boissons locales. En attendant, vous pouvez partager cet article s’il vous a plu.

Ça vous a plu ? Dites-le !

6 points
Positif Négatif

Article présenté par

La curiosité n'est pas un vilain défaut.

patrimoine régional

Le patrimoine régional en 10 questions

produits suisses

10 produits typiquement suisses