Crédit photo : Pixabay
in , ,

LOVELOVE MDRMDR OMGOMG

15 anecdotes sur le couteau suisse

L’aventure du couteau suisse débute en 1884 dans l’atelier de coutellerie du jeune Karl Elsener, dans le canton de Schwyz. Depuis, le catalogue de Victorinox compte plus de 400 modèles grand public. Voici 15 anecdotes pour (presque) tout connaître du couteau suisse.

1. Fin 1880, l’armée suisse décide d’acheter un couteau multifonctions pour équiper ses soldats. Ils doivent le porter en permanence afin de pouvoir démonter leurs fusils et ouvrir des boîtes de conserve. La première version intègre une lame, un ouvre-boîte, un tournevis plat et un poinçon. La poignée est alors en bois de chêne noirci.

2. C’est Victoria, la mère de Karl Elsener, qui a inspiré le nom de l’entreprise.

3. Le couteau suisse est exposé… dans les musées. Il fait partie des collections permanentes :
– du Musée d’art moderne de New York depuis 1977 ;
– du Musée du design de Londres depuis 2016 ;
– du Musée Neue Sammlung de Munich depuis 1983.

4. Certains modèles intègrent jusqu’à 80 accessoires, parfois étonnants comme un altimètre, une montre, un briquet ou encore une lampe de poche. Il existe même une version geek équipée d’un pointeur laser, d’un stylo à bille et d’une clé USB.

5. Victorinox est devenu le plus important fabricant de couteaux d’Europe. Il exporte plus de 90% de sa production. Le rachat de Wenger, en 2005, en fait le seul fabricant officiel du couteau suisse.

6. La Confédération suisse autorise l’application du drapeau sur le manche en 1909.

7. Un modèle de près de 1,4 kg intégrant 141 fonctions et 87 outils est inscrit au Guinness des records.

8. La NASA possède son propre modèle depuis 1992. Il fait partie du kit de survie des astronautes en missions spatiales.

9. Aucune société suisse ne disposant de la capacité de production nécessaire, les 15.000 premiers couteaux suisses furent livrés par un fabricant allemand.

10. Depuis son lancement, le couteau de l’armée suisse a été adapté à maintes reprises. Il existe 5 modèles différents, le numéro de chaque modèle faisant référence à son année d’introduction (exemple : 08 pour 2008).

11. Les versions militaires ne comportent jamais de tire-bouchon.

12. Contrairement aux modèles militaires, de couleur vert olive depuis 2008, les couteaux destinés au grand public sont en majorité de couleur rouge.

13. Une seule pièce n’est pas fabriquée en Suisse : le tire-bouchon. Elle est fabriquée en France, près de Thiers.

14. Dans la série éponyme, MacGyver résout tous ses problèmes grâce à une bonne dose d’inventivité couplée à un couteau suisse dont il ne se sépare jamais.

15. John S. Holler créa le premier couteau multifonctions en Allemagne en 1880. Au menu de ce couteau un poil encombrant, quelques 100 fonctions toutes plus originales les unes que les autres : un coupe-cigare, un rasoir, un couteau-crucifix (pour chasser les vampires ?) et même un revolver calibre .22 cinq coups ! Mais aussi des mini-outils tels que mini-pelles, mini-pioches, etc.

Si cet article vous a plu, en voici un autre sur la Suisse. N’oubliez pas de partager, merci !

Ça vous a plu ? Dites-le !

16 points
Positif Négatif

Article présenté par

La curiosité n'est pas un vilain défaut.

editions barakom

Les mathématiques selon les éditions Barakom : 1 + 1 = 3

chocolat suisse

Quizz : le chocolat suisse en 10 questions