in

LOVELOVE

Quelle est la différence entre ciment, mortier et béton ?

Crédit photo : Pixabay

guide pratique achat immobilier

Pour les travaux en général, et la maçonnerie en particulier, il est important de connaître ses classiques. Dans cet article, il s’agit de savoir faire la distinction entre ciment, mortier et béton.

Le ciment

C’est un matériau composé de calcaire et d’argile dont le broyage et la cuisson à très haute température (1450°C) donne comme résultat le clinker. Le clinker est à nouveau broyé et additionné de constituants secondaires afin de créer le ciment.

Le ciment est un liant hydraulique utilisé comme composant dans le mortier et le béton.

Le mortier

Le mortier est composé de sable et de ciment qui sont mélangés à sec et auquel on ajoute de l’eau. C’est ce qu’on appelle l’opération de gâchage.

Le dosage entre ces différents composants varie en fonction de l’usage recherché et des composants eux-mêmes. Un mortier peut servir à l’assemblage de parpaings ou de briques, au surfaçage, au scellement, au moulage, pour des chapes, etc. Il existe des mortiers à prise rapide, réfractaire, etc.

L’utilisation d’un mortier de ciment en enduit de parement est à proscrire dans les habitats anciens, de même que pour le coulage de dalles de béton. Les caractéristiques du ciment, à savoir son étanchéité et son absence de propriétés perspirantes, font que l’humidité reste emprisonnée dans le mur et le dégrade peu à peu. C’est une pathologie récurrente des constructions les plus anciennes.

Il existe d’autres types de mortiers n’utilisant pas le ciment comme liant. Nous faisons référence aux mortiers de chaux, de plâtre ou de terre. Ce sont d’ailleurs des mortiers ancestraux, celui à base de ciment étant le plus récent. Louis Vicat, ingénieur français des Ponts et Chaussées, est l’inventeur du ciment en 1817.

Le béton

La différence entre mortier et béton tient au fait qu’en plus du ciment et du sable on y ajoute des granulats (graviers) dans le but d’y apporter plus de résistance. La granulométrie des graviers varie en fonction des ouvrages auxquels le béton est destiné.

Dans le domaine de la construction de logement, le béton intervient dans l’élaboration de fondations, de dalles, les éléments de structure, etc. Le béton est un matériau très résistant en compression, mais peu en traction. C’est la raison pour laquelle il est associé à de l’acier afin d’augmenter sa résistance à la traction. Dans ce cas précis, il porte le nom de « béton armé ».

Comment mélanger son mortier ou son béton ?

Vous pouvez procéder vous-même au gâchage de trois manières différentes :

#1 : À la truelle dans une auge

Essentiellement pour les petits travaux de maçonnerie comme le scellement de gonds ou en assainissement, pour le jointement de fontes par exemple. Il ne faudra pas dépasser le tiers de la contenance de l’auge en mortier afin de pouvoir procéder au mélange correctement.

#2 : A la pelle de maçon

Sur une surface plane, dans un bac à gâcher ou directement dans une brouette. Certains maçons préfèrent ce type de gâchage à la bétonnière. Pour les travaux de grande ampleur, le procédé peut trouver ses limites.

#3 : Dans une bétonnière

En incorporant les composants les uns après les autres dans la cuve, des pales assurent le malaxage du mélange. La rotation de la cuve est assurée par un moteur électrique ou thermique. Le volant permet le pivotement de la cuve pour vider le mélange dans une brouette.

Le gâchage peut-être grandement facilité en employant des mortiers ou des bétons prêt à l’emploi auxquels il faut seulement ajouter de l’eau. Tout est une affaire de coût, de temps consacré au chantier et de main-d’œuvre disponible.

Où acheter son mortier ou son béton ?

Dans tous les magasins de matériaux de construction. Vous pourrez y trouver les composants séparément, en mortier ou sous forme de béton prêt à l’emploi.

Selon l’ampleur des travaux à effectuer, il faut considérer l’approvisionnement auprès d’une centrale à béton qui vous livrera directement sur votre chantier. Le surcoût lié à la livraison peut être compensé en économie de main-d’œuvre et en temps de réalisation.

Bien se protéger

Comme pour tous les travaux de construction, il est important de bien se protéger lors des manipulations des produits et de leur exécution.

Le ciment est un produit qui peut provoquer des irritations de la peau (brûlures, dessèchements, crevasses), de l’eczéma, des irritations oculaires en cas de projection au niveau des yeux, des rhinites par inhalation du ciment sec, et des pathologies brancho-pulmonaires, toujours par inhalation de ciment sec.

Pour éviter ces risques, il convient de porter des équipements de protection individuelle. Notamment :

  • Une paire de gants résistants à l’eau
  • Des bottes et des manches longues
  • Une paire de lunettes de protection
  • Des genouillères si vous posez vos genoux dans le béton frais
  • Un masque respiratoire lors du gâchage
  • Un casque antibruit, par exemple pour la personne chargée de la bétonnière

Ne touchez pas le ciment sec avec les mains, préférez une truelle. Cela évitera tout risque.

En cas de contact avec la peau, rincez abondamment à l’eau. Rincez-vous les mains régulièrement avec un savon au pH neutre. Ôtez les vêtements qui seraient touchés par du mortier ou du béton frais et lavez-les. Ne travaillez pas torse nu en plein soleil car, en plus des risques de projections, vous ajoutez celui du coup de soleil.

Petite astuce pour ceux qui travaillent en manches courtes : passez une crème hydratante pour la peau sur vos bras, cela évitera aux projections d’accrocher à votre peau.

Vous avez décidé d’acheter un logement en Haute-Savoie ? Lisez ceci avant de foncer tête baissée.

Ça vous a plu ? Dites-le !

4 points
Positif Négatif

Article présenté par

Auteur du Guide pratique de l'achat immobilier et du Guide pratique anti-cambriolage, Laurent Criado est également fondateur du magazine leguideimmobilier.com.

grands auteurs

Les curieuses habitudes de travail de 7 grands auteurs

détecteur de mensonges

Le détecteur de mensonges est-il fiable ?